L’alimentation vegan est un choix de plus en plus suivi pour ceux qui cherchent une vie plus saine et plus respectueuse de l’environnement et des animaux.

Bien que cela puisse sembler compliquer de se passer des aliments que nous sommes habitués à manger comme le lait et les œufs. En réalité, de nombreuses marques proposent de plus en plus des alternatives véganes aux produits classiques que nous connaissons.

Le problème est que les substances dérivées d’animaux se cachent. Dans certains cas, si la quantité ne dépasse pas un certaine limite, il n’est pas obligatoire de mentionner la présence des dérivés d’animaux sur les étiquettes. Dans d’autres cas, ce sont les appellations qui portent à confusion. Par exemple, le colorant E120 est une substance qui dérive de la cochenille.

Découvrons les 10 aliments et objets qui ne sont pas vegans alors que tout porte à croire le contraire.

1) Les bonbons mous

Délicieux et très colorés, les bonbons mous sont très nombreux. Ce qui les rend uniques, c’est justement le fait qu’ils sont mous.

Malheureusement, cet effet est obtenue grâce à la gélatine, l’ingrédient principal de ces petits bonbons. C’est là que vous devez faire attention, car la gélatine est souvent d’origine non végétale. Elle est faite d’os et d’organes animaux.

2) Les aliments rouges carmins

Il est probable que les bonbons mous soient déjà été exclus de votre alimentation et remplacés par d’autres bonbons. Par exemple, avec des bonbons rouges qui attirent l’œil sur dans les rayons des supermarchés.

Cependant, cette couleur rouge est obtenue avec un colorant qui peut avoir plusieurs noms comme E120 ou acide carminique. Ce colorant est extrait des cochenilles femelles, un insecte. Ces bonbons sont donc faits avec des dérivés d’animaux.

Soyez également attentif avec les yogourt, les boissons gazeuses et tout aliment rouge vif.

3) Les Chewing-gums

Qu’il s’agisse d’une habitude ou d’un moyen de garder votre haleine fraîche, les chewing-gums pourraient cacher de mauvaises surprises.

En effet, de nombreuses entreprises utilisent de la gelatine, comme pour les bonbons mous, mais il est également facile de trouver de l’acide stéarique ou de la lanoline à l’intérieur des chewing-gums (ce dernier dérive de la toison des moutons).

4) La bière

Une bonne bière fraîche est un incontournable en été. Cependant, il existe des types de bières traitées avec des acides lactiques, d’origine animale ou clarifiées avec des substances dérivées du poisson. De plus, les quantités souvent faibles de ces ingrédients permettent aux entreprises de les exclure de l’étiquette.

5) Jus d’orange

Quand on commence un régime végétalien ou végétarien, les fruits et légumes sont les aliments que l’on achète le plus. Cependant, lors de vos achats, vous devez vous adapter à l’achat de fruits de saison ou vous contenter de jus purs.

Nous avons tous en tête l’écriteau «riche en oméga-3» sur la boîte des jus d’orange des supermarchés, et peut-être l’avons-nous également acheté pour cela. Cependant, l’origine de ces oméga-3 est souvent le poisson.

6) Pesto

Les pignons et le basilic sont la base du pesto. Ce qui en fait une nourriture apparemment parfaite pour un régime végétalien. Pourtant, on ignore souvent le fait qu’il peut y avoir du fromage à l’intérieur du pesto. Il semble inutile de souligner que les fromages ne sont pas des produits végétaliens.

Faites donc bien attention à choisir du pesto sans parmesans ou pecorino.

7) Pas seulement de la nourriture

Ce n’est pas seulement l’industrie alimentaire qui utilise massivement les produits d’origine animale, mais aussi celle des cosmétiques, des sociétés pharmaceutiques et des marques de vêtements.

En effet, il existe de nombreux objets que l’on utilise couramment et aucun cas nous suspections qu’il n’était pas végétalien. Ce sont des choses que nous utilisons tous les jours : des sous-vêtements à la peinture.

8) Vernis à ongles et cosmétiques

Dans ce cas, cela dépend beaucoup du fabricant, mais le débat sur la question de savoir si les cosmétiques sont végétaliens est toujours assez animée.

Outre le fait de savoir s’ils sont végétaliens, il faut avant tout s’assurer que la marque ne fasse pas d’expériences sur les animaux.

Pour les vernis à ongles, les marques utilisent souvent des colorants dérivés de coléoptères ou d’écailles de poisson hachés, ainsi que d’autres épaississants pour animaux.

9) Pinceaux et matériel d’artiste

Il est plus ou moins connu de tous que les pinceaux existent en deux variantes, synthétique et animale. Le second est souvent produit avec du crin ou des poils d’animaux.

Même le papier aquarelle pourrait être un risque. Il est souvent traité avec de la gélatine.

De plus, dans de nombreux cas, les encres dérivent de la seiche ou contiennent des os d’animaux carbonisés.

10) Les médicaments

Malheureusement, dans ce cas, les alternatives sont rares ou presque inexistantes. En science, et notamment en pharmacologie, les substances d’origine animale sont largement utilisées. L’efficacité et la nécessité de ces substances sont étudiées et certifiées, et il n’est souvent pas possible de trouver une alternative synthétique. Il suffit de penser au lactose ou aux ferments lactiques, tous deux d’origines animales.

11) La lingerie intime

Encore une fois, comme pour les vernis à ongles et les cosmétiques, cela dépend exclusivement du fabricant. La soie pourrait en effet être obtenue de l‘exploitation intensive des vers, ou en les tuant avant qu’il ne mangent le cocon de l’intérieur pour en sortir.

Il en va de même, de façon générique, pour toute la soie, mais heureusement, la plupart des marques se sont adaptées à des alternatives sans cruauté. Cela ne s’applique pas à la fourrure animale.

À vous de jouer…

Si l’article vous a été utile, partagez-le avec vos amis sur Facebook!

Suivez nous sur Pinterest

Sur le même sujet:

Étiquettes Alimentaires: 10 Conseils Pour Les Lire et Les Comprendre

La Provenance Des 14 Aliments Les Plus Dangereux d’Après Les Rapports Européens